Artistes (C à F)

Informations

Nouveaux produits

Artistes (C à F) Il y a 33 produits.

Sous-catégories

  • CAALISTA

    Caalista est née en 1965 à l’ombre de Montmartre dans le gris de l’hiver mais c’est le soleil bleu du Parthénon, en Grèce, qui coule dans ses veines.
     
    Autodidacte, ses créations sont faites d’ombres et de lumière, d’argile et d’or.
     
    Nées de son premier combat pour la vie, ses toiles révèlent ses douleurs, ses joies, ses révoltes et ses doutes.

    Sa démarche artistique
    Dans ses créations, elle évoque l'humanité, la solitude, la complexité de la société, l’absence d’un père ou tout simplement la beauté de l’océan.

    Elle aime jongler avec les matières et les pigments. Elle les détourne, les entrechoque, leur donnant à chaque fois des résonances nouvelles.

    Comme sa peinture, Caalista navigue entre deux mondes.
     
    Son univers évolue autour de Soulages, Pollock, Richter, Dali, Klimt mais aussi Bashung, Gainsbourg, Bowie, Arcade fire, Melody Gardot…

  • CANTILLON Alain

    Le travail du peintre Alain CANTILLON s'inscrit dans la continuité.
    Depuis 1970 ou il vendait ses dessins dans la "calle de los pintores"
    au rastro de Madrid , son oeuvre alors onirique , dans la veine de
    Delvaux , Magritte , Dali , s'est peu a peu transformée devenant plus
    realiste .

    Expositions a Nimes en 1971
    Paris societe de l'Ecole Française 1975
    Geneve en 1979
    Paris Galerie Archifleur 1982
    Surindependants 1984
    Mairie de Paris 2007
    Conservatoire du 10eme PARIS 2008
    Cinema 5 Caumartins 2010
    Galerie Art et Societe PARIS 2010

    Oeuvres récentes, Allégories

    « Certains croquis qui remplissent mes nombreux carnets se destinent un jour a devenir des tableaux. Il faut qu’ils en aient la force, la signification, la possibilité.
    La création est un acte d’alchimiste, c’est surtout un acte de transformation. » Alain CANTILLON

  • CAR-DI (Caroline DION)
    Née en 1963 à Dolbeau au Lac St-Jean, d'une famille d'artistes, elle habite maintenant à Victoriaville dans la région des Bois-Francs.

    Les arts ont toujours fait partie de sa vie dès sa naissance. Dessinatrice et conceptrice de mode pour enfant pendant plusieurs années, elle peignait sur ses vêtements leur donnant ainsi un cachet unique. C?est en 1995 qu'elle décide de se consacrer à la peinture sur toile. Elle termine son Baccalauréat en art plastique à l'UQTR en 2003.

    Artiste multidisciplinaire, elle préconise la peinture à l'acrylique afin d'immortaliser la douceur et la sérénité dans ses tableaux. L'estampe et le verre soufflé font aussi partie de ses médiums préférés. Toujours en exploration, Caroline Dion travail le personnage de manière à faire ressortir les émotions recherchées.

    Elle a à son actif, plusieurs galeries et des expositions solos et collectifs dans quelques Musées. Elle fait partie d'associations tel le Regroupement des Artistes en Art visuel (RAAV) et la Société des Artistes Canadiens (SAC).

     
     Démarche artistique:

    Native du Lac St-Jean, elle a pris racine à Victoriaville en 1984. L'artiste peintre expressionniste, Caroline Dion, qui a pris le pinceau en 1995, travaille de façon à capter l'essence émotionnelle de ses sujets. Comme les rêves, ses images lui apparaissent lorsqu'elle ferme les yeux. Ces quelques secondes lui permettent d'immortaliser sur un bout de papier ce qui sera plus tard le reflet de ses pensées. Elle peint pour satisfaire une imagination artistique hyperactive et par la même occasion libérer des émotions à fleur de peau. La peinture, la poésie feront toujours partie de sa vie. Comme un poème, elle ouvre son coeur à qui voulait bien le lire. L'acrylique se prêtant bien à l'effet recherché, elle décide donc d'expérimenter ce médium. Issue d'une évolution toujours en mouvement, la collection Sérénité, de la série 'Tout simplement', est le produit des séries 'À fleur de peau' et de 'Masquée'. Elle a par bonheur, la capacité d?exprimer sous plusieurs formes ses émotions, sans pour autant se perdre. C'est pourquoi, ces trois styles resteront pour toujours dans la mémoire de son pinceau.
  • CERETTI-GLAZIOU Béatrice

    Peintre autodidacte, aimant la terre, l'arbre, le vent, la spiritualité, j'aime à créer le recueillement dans la prière de mes personnages et l'amour aussi pur qu'un diamant dans la maternité. 

    Je peins, j'écris, je vis et tout cela je le fais avec passion et inquiétude de savoir ou pas trouver la bonne couleur, le bon mot ou le bon chemin. C'est pleine de doute que j'avance dans mes multiples passions mais toujours avec ce bonheur au ventre qui ne s'intellectualise pas mais qui se donne. 

    Née à Tourcoing dans le Nord, je vis sur Paris depuis maintenant quarante ans. Je signe mes toiles de mon nom de jeune fille : Béatrice Glaziou.

  • CHAMBON Gilles

    GILLES CHAMBON peint depuis 30 ans dans son atelier près de Saint-Emilion. À côté de son activité picturale, il exerce le métier d’architecte, et dirige à Libourne l'agence EREWHON ; il a enseigné aussi à l'école nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux. On lui doit notamment l’aménagement du cours du Chapeau Rouge à Bordeaux (en collaboration avec David Mangin, grand prix de l’urbanisme en 2008), ou encore la conception des aménagements urbains du tramway d’Alger.

    Il a exposé ses peintures au Japon, en Espagne, et dans plusieurs villes françaises (Paris, Bordeaux, Pessac, Toulouse, Poitiers, St Emilion, Barbezieux…) ; il tient depuis 7 ans un blog sur l’art figuratif, où il présente certaines de ses œuvres et s’exprime sur différents aspects de l’art contemporain.

    À l'heure ou beaucoup d’artistes abandonnent pinceaux et chevalet pour des formules plastiques tributaires des modes actuelles, G.C. continue de croire à la force poétique de la peinture figurative. Il se définit comme un artisan de l'imaginaire, et plaide pour une modernité artistique jouant la concordance des temps.

    Les premières peintures de Gilles Chambon, dans les années 80, étaient des aquarelles représentant des villes fantastiques (certaines sont reproduites dans le conte philosophique de science-fiction Souvenirs d’Antillia qu’il a publié en 2007). Il s’est ensuite consacré davantage à la peinture à l’huile, sur de plus grands formats : portraits, paysages, souvenirs vécus, et surtout compositions d’inspiration surréaliste s’amusant à réinterpréter de façon décalée quelques grands sujets de la peinture classique, comme l’Annonciation, La Transfiguration, l’Entrée à Jérusalem… ou le Déjeuner sur l’herbe. Parallèlement, il exécute aussi des séries thématiques de dessins rapides sur papier, à l‘encre de Chine, à l’aquarelle, ou à la peinture à l’huile.

    Gilles Chambon reconnaît volontiers ce qu’il doit au surréalisme en général et à Dali en particulier. Il travaille aujourd'hui sur la peinture "synchronistique" (en référence à la synchronicité de C.G. Jung) dans laquelle convergent des fragments et réminiscences du patrimoine pictural, de toutes époques et de tous styles.

  • CHEHADE

    La peinture de Chehade oscille entre figuration et abstraction,avec des effets de matières superposées ou entremêlées. Elle est souvent inspirée des voyages (Moyen-Orient ou Maroc) dont l’influence transparait dans le choix des couleurs ou des sujets.Elle décrit par signes,empreintes,inclusions,et fait surgir de la matière brute un visage,un animal,un monument…. Compromis entre l’Orient et l’Occident, amalgame entre l’Antique et le Contemporain,sa peinture est un appel au voyage le plus inattendu,étrange aussi….et captivant comme un rêve. » Jean Monneret.

  • CHESCA

    Née au Québec, dans le Fjord de Saguenay, au sein du plus beau village du monde, Sainte-Rose-du-Nord, le fjord se retrouve naturellement à l’arrière-plan de plusieurs de ses tableaux.

    A l’âge de 21 ans, elle a rencontré l’homme qui allait orienter sa vie. Avec lui, elle est partie vivre d’abord à Québec, puis à Montréal et enfin en France, où elle réside depuis 42 ans. Enseignante, elle travaillait avec ses élèves les arts plastiques, matière qu'elle appréciait particulièrement, car les séances lui permettaient de s’exprimer à travers le travail des enfants.

    Ce n’est qu’en arrivant à Milly-la-Forêt que sa propre vie a commencé à s’affirmer et que le besoin de développer son travail personnel a pris toute sa dimension.

    C’est alors qu'elle a choisi le nom de « Chesca », diminutif de « Francesca », pour signer ses travaux d’artiste qui, au début, étaient des collages. Par la suite, elle a appris à utiliser tous les médiums, du pastel à l’aquarelle, en passant par le fusain, pour aboutir à la peinture à l’huile qui est devenue son mode d’expression préféré.

    Sa démarche s'inspire de faits intimes comme l'observation des mouvements de ses petits enfants montant et descendant les escaliers de Puiseaux dans une course effrénée et aussi d'influences artistiques et littéraires dont deux artistes qui ont eut une influence très présente dans son travail : Joseph Beuys et Jean Cocteau qui ont été les sujets dans ses espaces en symétrie avec personnages. Le philosophe Nietzsche, lui, a donné un sens à toute une série de tableaux et sa philosophie s’inscrit souvent dans son travail récent sur le thème « instant ».

    Elle travaille presque toujours plusieurs tableaux simultanément, ce qui conduit à composer des séries avec des symétries et des dominantes colorées. Instinctivement et émotionnellement, elle recherche des couleurs vives, fortes, profondes.

    Devant la toile vierge, elle commence par poser une colonne verticale solide, puis elle construit le tableau autour de cette colonne; invariablement, un escalier s'invite dans la composition et vient ajouter une sensation d'élévation. Elle cherche a donner l'impression de mouvement dans la profondeur du tableau et à susciter une réflexion intérieure.

  • CIFTCI Zeynep Bingöl

    Zeynep Bingöl Çiftçi est née en 1976.
    Elle a fait des études à l’Université des Beaux Arts de Mimar Sinan dans la section peinture.
    Elle obtient son master de peinture en 2007.
    Depuis 2004, elle est assistante à l’ université des Beaux-Arts de Mimar Sinan à l’atelier de sérigraphie et continue à peindre dans son atelier à Istanbul.
    Elle a participé à plusieurs expositions collectives en Turquie ainsi qu’à des colloques. Elle a fait 3 expositions personnelles en Turquie et en 2016, elle participe au SNBA au Carrousel du Louvre à Paris, ainsi qu’à l’exposition 20x20 «  les petites chose » à la Galerie Art’et Miss à Paris.

  • CRIMELO

    Née à Vichy, j'ai passé mon enfance à aimer le dessin, gouache, encre de
    chine, ...

    Avec un père dessinateur autodidacte , qui avait la passion aussi du dessin
    à l' encre de chine .

    A la naissance de ma fille, je me suis trouvée la Passion en autodidacte de
    la peinture à l'huile, en commençant par des "Marines" (la beauté des vagues
    et de la mer !)

    Depuis quelques années, je me suis perfectionnée avec des cours et des
    stages avec de grands ARTISTES Peintres de la LOIRE, du RHONE. et de
    L ALLIER et j'ai participé à plusieurs CONCOURS REGIONAUX DEPUIS 2011 !

    D'où un prix Concours "PRIX de L'INSPIRATION MILITAIRE " en 2011 tableau
    huile (texture mixte) avec mon avion "FURTIF" qui par la suite à participé
    au Concours National à PARIS! et 2 "PRIX du PUBLIC" en Déc 2014 avec
    "Regard Enfantin" (noir et blanc Portrait "enfant du monde" /huile) et PRIX
    DE NEXTER SYSTEMS avec un portrait toujours en monochrome "enfant du monde"
    ! Plus des reconnaissances en 2 ème position pour des" Prix du Public "
    avec "JADE"(Portrait couleur) mon "MIRAGE "(Avion) et "REGARD DU SAHARA
    "'regard touareg) dans le RHONE  et diverses autres reconnaissances ENTRE
    2011 ET 2014 !

    J'ai exposé à la  "GALERIE ART'et MISS" A PARIS du 20 au 28 SEPT 2015; invitée
    par  l'ARTISTE  "VINCE DARK" !

    Je participe de plus en plus aux Expositions/Concours et peintres dans la
    rue et j'expose annuellement dans des Restaurants au fil de mes Oeuvres ;
    et des cavistes de la LOIRE et et de l' Allier et en Juillet et Aout 2016 chez un
    ARTISTE Peintre à SANCERRE! 

    Ma préférence va à la peinture à huile, surtout pour les Portraits et les
    Chevaux; mais l'acrylique a sa richesse aussi pour moi.

    POUR MES REGARDS ET MES EXPRESSIONS DE MES ENFANTS DU MONDE ET ANIMALIERS ,
    C EST UNE REELLE PASSION POUR MOI !

    La Peinture pour moi est un moyen d 'expression, d'Èvasion, le plaisir de
    crÈer, mÈlangerles couleurs,composer,ne plus penser,juste rÍver !!
    L'inspiration me vient en fonction du lieu, du moment, de l'observation

  • CONVENANT Daniel

    Visage d'homme,  écorce d'âme"

    Plus que n'importe quel autre artiste, il est impossible de dissocier l'homme de son oeuvre. C'est dans ses toiles que Daniel Convenant parvient à faire ressortir ses croyances, ses espérances, ses rêves, son espace intérieur. 

    " Je suis celui qui observe, qui sent, qui respire, qui hume. Je suis comme un filtre qui retient les sens et qui les transmet en une oeuvre picturale sous l'acte du geste de peindre."

    Ce geste qui change la nature des choses par une trace laissée dans la matière et qui, elle- même, devient matière. C'est le fondement  les arts plastiques.

    En 1993, c'est de " l'Arbre" qu'il puise sa force. Après l'avoir observé pendant des années, peint d'une façon figurative, il pénètre dans son écorce, puis dans ses noeuds qu'il agrandit, transforme jusqu'au moment où l'image l'interpelle.

    " Là je fais corps avec la toile. C'est la communion avec mon mental, avec ma main et mes yeux. Mais je suis toujours acteur parce que  mon subjectif me répond et en même temps j'interviens."

    A partir de 2002, sa palette de couleurs s'éclaircit. En peignant, il travaille autant sur ses toiles que sur lui-même. 

    ​Ses figurines flottantes deviennent âme, douceur et plénitude dans un lyrisme surréel.

    Toujours dans sa volonté d'explorer l'imaginaire, à partir de 2010, 

    il se détache de la figuration pour aller vers l'essentiel en adoptant " le bitume". ll est à la cherche du geste laissant une trace qui sort du champ pour devenir performance. Ce geste émane  d'une énergie qui devient la traduction d'une émotion.

    A la quête constante de découvertes et du même coup sur lui même, il sait qu'il est face  un monde spirituel où quelque chose  le dépasse. Mais Appréhender et la compréhension qui donnent un sens au temps et de la réflexion.

    C'est dans sa création qu'il se questionne, se surprend et se dépasse.

    ""
  • COUGNY Nathalie

    Peintre autodidacte depuis 1996 et auteur publiée depuis 2011.

    Ouvrir les portes de l’abstrait, c’est pénétrer un monde d’émotions pures et intenses, en circulant dans les régions atemporelles du corps et de l’esprit, sans attache, sans limite, sans tabou, librement !

    Seul l’art permet cette résonance : intime effleurement de son être, jusqu’à l’imperceptible : ivresse des sens, anéantissement des certitudes, laissant s’échapper dans un accord parfait et une exigence sans faille toute l’authenticité du « Moi ».

    Autodidacte depuis 1996 et après 13 ans de figuratif, mon cheminement s’articule, depuis 2009, autour de deux séries, que je travaille au couteau, en alternance, selon l’expression du ressenti uniquement.

    La 1ère série part du triptyque « Découvrir, reconnaître, s’en aller », aux confins de ces trois verbes, à travers lesquels naître, vivre et mourir prennent tout leur sens. Je tente alors de retranscrire un univers singulier, mystérieux et absolu, où la force d’inertie et la douceur se confrontent et s’harmonisent dans la permanence de cet implacable instant, entre inexistence et mort : la vie !

    La 2ème série des « Incertitudes », « Evolution », puis « Entre nous », permet une approche rigoureuse des transparences et des aplats, comme un besoin de structurer les flottements, de canaliser toutes les impatiences de ma vie.

    Je ne demande pas une place, j’espère simplement qu’au détour d’une de mes toiles, vous avez fait halte et peut-être ressenti quelque chose d’indicible. S’il n’en est rien, je poursuis mon travail, je poursuis l’envie de vous toucher, de nous revoir un jour. 

    Nathalie 

     

     

  • ÇULAM Sema

    Née à Istanbul. Commence très jeune à peindre à l'huile. De 1979 à 2000 pratique la peinture puis laisse aller son instinct vers sa vraie nature de peintre naïve, influencée par sa seule culture et son environnement.

    Membre de l'UNESCO AIAP.

    Nombre de ses oeuvres sont collectionnées en public et en privé, dans son pays et à l'étranger (Japon, France, Allemagne, Etats-Unis, Espagne, Serbie, Portugal...).

    Environ 30 expositions individuelles et collectives.

    Elle collectionne les prix en Turquie.
    Musées : Jagodina en Serbie, Midan et Vicq en France, Ismir Museum en Turquie.

  • DARDEAU Monique

    Je suis artiste peintre de la région de Pau.
    Je travaille exclusivement à l’acrylique, matière dont l’utilisation et la texture correspondent à mon caractère. J’ai commencé à peindre il y a maintenant plus de vingt ans. J’ai passé de nombreuses années à l’étranger qui ont nourri mon imaginaire. Si au départ je pratiquais cet art plus comme un passe-temps, aujourd’hui la peinture tient une grande place dans ma vie et c’est une source d’évasion que je souhaite partager avec les autres.
    Très attachée à la recherche des couleurs et de la lumière, je trouve mes sources d’inspiration principalement dans la nature mais il m’arrive aussi souvent de me perdre vers des compositions beaucoup plus abstraites selon l’humeur ...
    Amoureuse de la vie et de ses méandres je recherche des créations aux élans esthétiques qui traduisent mon optimisme

  • DAUDEVILLE Maurice

    Architecte de l'imginaire Maurice Daudeville  accorde un rôle primordial à la composition, au rythme  et à la couleur.

    C'est ce qui lui permet d'exprimer dans ses tableaux  la plénitude de ses sensations et les ressources de son imaginaire.

    L'activité consciente du peintre consiste à donner un squelette au tableau, construit à partir de lignes qui divisent et créent le rythme.

    La planéité du tableau impose la présence du fond, les figures et formes sont rebelles à cette exigence; le problème consiste donc à réduire leurs présence afin de les dissoudre  dans le fond, sans oublier que figures, formes et fond ont même valeur.

    C'est le rôle de la couleur de les y attacher et de révéler par le charme et la sensation qu'elle apporte la vie des figures et formes; reste que l'inconscient demeure un acte essentiel.

     Jean Bastiste PIEQUET

  • DA SILVA Marie-Lourdes

    Je vis et travaille en France et j’ai deux passions, la peinture et la sculpture ;
    Peindre un tableau c’est un peu comme écrire un poème…sculpter un corps c’est comme modeler la perfection humaine…
    Autodidacte et passionnée par l’art, je peins et sculpte guidée par mes seules émotions…ce qui ne s’explique pas au fond de soi doit être mis en lumière autrement.
    Il y a dans mes sculptures et tableaux … des ombres, des lumières et leurs étranges correspondances.
    Il y a des rêves bleus, des chemins infinis, des fleuves limpides, des silences blancs, des songes et des illusions fragiles, des vertiges portés par le vent, des feux éternels, des mirages furtifs, des éclats de joie, des silhouettes évanescentes ….
    Mais il y a avant tout ce qu’il vous plaira d’imaginer …

  • DE GIRY Anne

    Mes travaux impliquent la poursuite de plusieurs objectifs :
    - Réaliser des compositions aux structures complexes, par des réseaux subtils de lignes qui s’entrecroisent et expriment alors des rayons ou faisceaux lumineux frappant les objets qui s’y trouvent. Minéraux, pierres précieuses géantes ou bien éléments de paysage (pour exemple la toile chanson de cristal). La structure interne de ces objets, même intérieure, procède toutefois du reste de la composition dans son ensemble.
    - Obtenir une belle matière picturale, Anne de Giry travaille à l’ancienne par différentes superpositions de couches, sèches, mi-sèches, mi-grasses à grasses et de nombreux glacis. L’artiste y incorpore parfois des paillettes et des papiers collés ou d’autres éléments.
    -Enfin, quand des personnages s’invitent dans les tableaux, ce n’est pas leur réalité physico-corporelle mais l’incarnation d’une réalité psychologique, surréelle ou fantasmatique. Les personnages dans les travaux d’Anne de Giry expriment plutôt un sentiment ou une idée, plutôt qu’une allégorie, une question ou un état d’être Anne dessine de très nombreux croquis et esquisses de différentes tailles puis procède par élimination dans le choix de ce qu’elle va peindre quand il s’agit de personnages ou d’objets anecdotiques.

     

    Anne de Giry est diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris en 1972, section gravure.
    Licence de lettres et sciences de l’art, Censier/Sorbonne, 1972.
    Maîtrise d’Histoire des Arts et diplôme d’étude approfondie, Panthéon/Sorbonne 1981.
    Professeur d’Arts Plastiques au sein des écoles de la Ville de Paris, retraitée depuis 2007.

  • DELAIGLE Jean-Claude

    Jean-Claude Delaigle, artiste autodidacte, peint depuis 39 ans. Son déclic, il l’a eu à 28 ans.

     

    Je peignais sur n’importe quoi, des morceaux de bois. Je volais de la peinture au BHV. Je peignais tout le temps. D’une façon irrésistible".

    Depuis il n’a pas quitté ses pinceaux, même si parfois il lui est arrivé de brûler toutes ses toiles à certaine période. Il présente aujourd’hui au Pavillon de l’Erable dix ans de peinture à travers 39 grandes toiles. Un étonnant passage de l’abstraction à la figuration.Jean-Claude Delaigle aime se référer à des cinéastes ou des musiciens. Il cite Jacques Tati, David Lynch et Eric Satie. On évoquerait plus volontiers Jean Bazaine pour la facture des touches ou la vivacité des couleurs, ou Pierre Alechinsky pour le goût des cadres et des graphismes simplifiés. De l’abstraction, il dit qu’il est arrivé à saturation.

    J’ai peint couche après couche jusqu’à ce qu’il apparaisse quelque chose."

    Et en effet en 2010, des vibrations des taches de couleur de sa période abstraite est apparu un univers de figurines colorées s’organisant sur des bandes horizontales.Il emprunte les codes de la bande dessinée comme des bouts de pellicules cinématographiques. Compositions ludiques et joyeuses où les enfants stylisés jouent avec balles, cerceaux, ballons ou serpentins, parlent avec des bulles de couleur ou des arc en ciel sur des portées de musiques.

    Le peintre évoque cette période de l’enfance où il sentait des perceptions étonnantes de parfum. Un univers volontairement naïf. Cette rétrospective de dix années témoigne de l’œuvre singulière d’un artiste en perpétuelle évolution. Rafraîchissante.

    Pierre Hédrich

  • DELMAS Louis

    Louis DELMAS est né en 1932,  artiste peintre expressioniste, vit et travaille en FRANCE.


    Sa carrière commence officiellement en 1965 par la peinture figurative, huile, encre de chine et mine de plomb.

    En 1957 : exposition avec la participation des conseils de Dali

    En 1973  : étudie avec César. Les coulées de métaux verront le jour en 1973 qui évolueront vers les coulées de métaux sur variations de couleur (procédé unique en France)

    Membre de l’ordre des Artistes Créateurs

    Prix de France et d’Europe

    Ancien élève des Beaux-arts et de l’école supérieure des Arts

    Prix de la presse (master)

    Sociétaire du salon des artistes indépendants (expositions à Champeret et au Grand Palais)

    Expositions en France et à l’étranger (Russie, Angleterre, Suède)  dans les musées, galeries, centres culturels et artistiques.

    Musées ayant acquis ses œuvres : Fontveille, Baux de Provence, Salle des trésors de Nôtre-Dame de la Garde à Marseille, St Petersbourg, Moscou.

  • DEQUEKER Brigitte

    Je suis native d’Hirson, mariée, 3 enfants. J'enseigne au lycée d'Hirson.

    Dès l'âge de 13 ans, je me passionne pour le dessin sous les conseils avisés du peintre Gilbert Arduin. Vers 1994, je commence mes premières peintures (des paysages de jungle à la gouache) et m'initie à la technique de l'aquarelle.

    Au départ, je me spécialise dans les paysages de Thiérache,… puis d’ailleurs…, les marines, l’eau des torrents, les fleurs.

    Toujours en recherche de nouveauté, je commence à travailler sur les animaux (chevaux, poules, aras…).

    En 2007, je m’initie aux aquarelles en relief avec Wilma Boscherie, je deviens élève de Christiane Javaux à Liège en 2009 et pratique l'atelier de Thierry de Marichalar à Bayonne.

    Depuis 2012, je suis peintre encadrant à l'Office du Tourisme Syndicat d'Initiative de la ville d'Hirson.

  • DERICAN Tamer

    Tamer DERICAN est né en 1970 à Eskisehir en Turquie.
    Il a fait des études d'arts graphiques à l'Université d'Anatolie.
    Il expose régulièrement en Turquie et également à l'international.
    En 2015, il a été primé à la 22ème Biennale Internationale d'humour et de satyre à Gabrovo en Bulgarie.
    En 2016, il est également primé à la Biennale internationale de miniatures à Timisoara en Bulgarie.
    Puis il participe au Salon National des Beaux-Arts à Paris, et à l'exposition "Petites choses " à la Galerie parisienne Art'et MIss.
    Il occupe également un poste de conférencier à l'Université d'Anatolie.

  • DUNBAR Ann

    Ann Dunbar d’origine Anglaise, vit et travail en France comme artiste peintre unique et connue en son genre «  broderies sur papier ». Les fils de soie et la peinture tout en douceur s’entremêlent invitant ainsi la lumière à orchestrer une danse de couleurs que les mains de l’artiste distribuent avec subtilité captivant alors nos pupilles et nous invitant à entrer dans ce bal enchanteur.

    "Regardez dans mon âme, j’ai une vision romantique inspirée par la nature et les voyages. Quand je suis en train de broder mes peintures, il y a un message sous-jacent, une mémoire personnelle capturée, ou un sens de paix et de tranquillité dans notre planète chargée." Ann DUNBAR

    1978                    Diploma ‘Bachelor of Arts’ – Farnham College of Art, England

    1975                    Diploma of Education – Southbank University, England.

    PARCOURS D’EXPOSITIONS

     

    2016-2010           Arts Science Lettres Paris

    2016-2006           SAH – Société des Artistes du Hurepoix

    2016-2006           Carrefour des Arts

    2016-2005           ARTEC – Association pour le Rayonnement des Arts

    2012                    Les Hivernales

    2011                    SNBA – Société Nationale des Beaux Arts

    2008, 2006          Salon Art Vivant

    2007                    Biennale de Florence

    2007-2005           ADL – Académie de Lutèce

    2005-2001           AEAF– Académie Européenne des Arts-France

    Autres lieux d’expositions depuis 2005 : divers Centres Culturels en Province et à Paris.

     

    GALLERIES ET REPRESENTATION

     

    2016-2014           Shoal-haven Fine Art Gallery. Australie.

    2016-2014           PPt art Commissioning -Italie

    2015-2008           Paola Trevisan, Commissaire d’Exposition

    2016-2005           Larousse-Artiste, cotée par Drouot Cotation

    2012-2011           La Galerie Artligre (Paris)

    2010-2008           La Galerie Thuillier (Expositions étrangères : Japon, Chine, Cambodge)

    2008-2005           La Galerie Artitude (Paris, Estonie, Shanghai et New York)

    2001-1994           Linda Blackstone Gallery (Angleterre)

    1995-4                 Agent Christie ( New York, Miami, Fort Lauderdale USA)

     

    PRIX ET DISTINCTIONS: Ann à reçu plusieurs médailles nationales et internationaux.

     

    En 2015 :

    La Médaille de Vermeil de l’Institut Européen des Arts Contemporains

    Prix de Haute Reconnaissance « Rubens » Italia-In-Arte. Italie.

    Imperial Rome International Award et Art Critics Award. Rome, Italie

    Grand Prix « Art et Nature » Accademia Internationale Gentilizia Il Marzocco di Firenze, Italie.

    Silver Medal Award Art Majeur.com

    Manhattan Art International Award for Healing Power of art June2015. USA.

     

  • DESHARNAIS François

    François Desharnais est natif d’Arthabaska, ville natale du peintre Suzor-Côté.
    Dès l’âge de dix ans, il peint ses premiers tableaux; des compositions à la fois surréaliste et réaliste. Son père présente quelques toiles à des peintres locaux qui lui confirment son talent.

    Sa mère l’inscrit alors dans une école américaine où le jeune peintre apprend les bases de la composition, du dessin et de l’huile.

    Des visites répétées au Musée Dali lui confirment ses intentions de vivre dans ce monde où l’art est roi. Depuis, Desharnais n’a cessé de poursuivre sa recherche picturale.

    Votre travail ?

    La création, c’est une histoire d’amour entre toi et la découverte. Une fois la toile entamée, la composition change parce que c’est la toile qui prend le dessus sur mes tripes. Le croquis est enchaîné par l’esquisse. L’esquisse se transforme en ébauche. Des parties de cette ébauche sont alors détruites et reconstruites pour devenir le tableau en soi.

    Est-ce déroutant de ne pas réaliser son idée de départ ?

    C’est troublant la création parce qu’elle te demande de prendre des risques, de te casser la gueule tout en sachant que tu grandis. Prendre conscience de ton évolution est une grande victoire en soi. Pour beaucoup de peintres, la tentation est grande de se créer un moule à gâteaux. La pression vient de partout : les galeristes, la tante, le marché… Quand je pense à cette vie éphémère, je n’ai pas de temps à perdre avec les techniques populaires, les recettes magiques ou même la paix d’esprit du joli. Il faut avoir l’audace de ses convictions. La tiédeur de ceux qui se résignent à peindre sans créer n’est pas pour moi.

    Le temps ?

    Construire un tableau, ça prend du temps et je le prends. C’est pour ça que je choisis de peindre à mon rythme, pas au rythme du marché de l’art. Je dis souvent à ceux et celles qui me demandent de leur pondre une toile que si le temps leur manque, je ne suis pas le peintre qui leur convient. Construire un tableau, c’est comme apprendre à pédaler un vélo. C’est le principe des étapes à respecter pour savoir-faire.

    Vos thèmes ?

    Le mortel est mon dada. Je peins parfois autre chose mais l’humain fait appel à mes propres questionnements sur ce que je qualifie de mutation existentielle. Chacun y va de ses propres valeurs, ses propres croyances, ses propres choix tout en poursuivant une quête parfaitement adaptée à sa propre raison de vivre. Cela me fascine. Je peins l’humain en état de conscience.

  • DUSSENNE Marie-Françoise

    Marie Françoise Dussenne (Namuroise / Belgique)

    Marie Françoise Dussenne, peintre « d’amour », le rouge la passion de sa vie.

    Amoureuse des gens de la vie, cette femme, douce et passionnante se dévoile, ce délivre à travers des tableaux aussi envoûtants que majestueux.

  • EL-ANSARI Mostapha

    EL-ANSARI Mostapha

    Natif d 'EL-JADIDA en 1945 au MAROC
    Ingénieur météorologique de carrière vit et travaille à CASABLANCA. Malgré le choix prématuré et imposé d'une carrière scientifique Mostafa El-Ansari passait une bonne partie de ses heures creuses à dessiner et à peindre. Ses premières esquisses étaient
    Destinées soit à la décoration de sa maison soit aux amis.
    L'idée de se verser sérieusement dans la peinture viendra suite à ses nombreux voyages à l'étranger et au monde culturel qu'il côtoyait.
    Après avoir effleuré les différentes tendances, Mostafa s'est rendu compte un jour que le métier qu'il exerce constitue sans aucun doute une source d'inspiration inépuisable.
    Mostafa El-Ansari est un peintre très attachant, il n'expose pas dans de grandes galeries, ne fait pas de peinture devant laquelle on se lasse ; mais il est le seul peintre au Maroc à peindre comme il le fait.
    Cette excentricité, cette honnêteté dans l'exercice d'une pratique artistique honorant l'homme et rendent ses oeuvres sympathiques au spectateur. Le cursus professionnellement cartésien de ce natif d'EL-Jadida, ne l'empêche pas de revendiquer un discours d'esthète. Un discours où le temps se débarrasse de l'espace pour aller trouver son essence dans l'air comme un moineau???``Pour moi, le grand art est la plus petite divergence possible par rapport à la norme. ce serait plus facile si on pouvait proposer des promesses métaphysiques``. essaie d'expliquer Mostafa El-Ansari.
    Au diable la recherche du sens, l'artiste qui veut vous toucher ou vous faire réfléchir ou vous indigner, je ne suis pas un sismographe de l'âme, 
    Je ne comprends pas plus aux choses de la vie que n'importe qui d’autre. Je n'ai aucune contribution à apporter de ce point de vue là. L'art et la vie sont radicalement séparés. En tant qu'artiste je n'espère pas améliorer les relations entre êtres humains`` reconnaît-il. TAIB CHADI
    Maroc Hebdo International - Avril 2000
     

  • ELBÉGER

    Elbéger (nom d’artiste) est né en 1963 à Fécamp en Seine-Maritime et vit aujourd’hui en région parisienne.


    Son envie de peindre remonte à sa plus tendre enfance. Une attirance forte qu’il n’explique toujours pas. Il perçoit déjà ses futures influences tant chez les impressionnistes tel que Monet  que chez les abstractionnistes comme Pollock.

    Malgré cette envie très forte, il prend un chemin différent pour des raisons personnelles. Il ne peindra sa première toile qu’en novembre 2010 prémices d’une production d’une trentaine d’œuvres au cours des deux années qui suivront.

    Il présente  en aout 2013, pour la première fois, son travail en public. Il fera le choix en janvier 2014 de cesser définitivement son activité professionnelle pour se lancer dans cette aventure artistique et consacrer tout son temps à sa passion.

    Ses toiles n’ont jamais laissé indifférent ; on les aime ou pas. Cependant chacun s’accorde sur le fait qu’elles génèrent ou transportent une force, une profondeur, une énergie ainsi qu’une grande sensibilité. Elbéger ne cache pas sa préférence pour l’art abstrait qui lui permet d’aller plus loin dans l’expression de ses ressentis.

    Dans ce contexte de liberté totale, son travail puise toute sa force dans des contrastes de couleurs et de matières. Guidé par ses émotions, il laisse jaillir dans ses œuvres une spiritualité qui nous touche au plus profond de nous-même…

  • ERYILMAZ Özgür

    Né en 1972 à Torul, en Turquie.

    Diplomé en 1994 d'une Maîtrise à l'Université Technique de Karadeniz, faculté d'éducation de Fath, département d'éducation des Arts Plastiques.
    En 2002, il obtient un Master à l'Université de Çukorova,département de l'enseignement des Arts Plastiques.
    Il commence ensuite  à travailler comme professeur d'Arts plastiques au collège.
    Depuis 2008, il travaille comme professeur à l'Université de Çukorova, Faculté d'éducation.


    Parallèlement il participe à de nombreuses expositions en Turquie et récemment en France, notamment  au Carousel du Louvres à Paris et à la Galerie Art'et Miss, et prochainement au Etats-Unis.

  • FAGUET Christine

    A résidé au Brésil et a travaillé avec le peintre Roland Urbinati, l’Art Abstrait et l’Acrylique.
    A présenté plusieurs expositions individuelles et participé à des collectives à Lisbonne, Oeiras, Sintra (Portugal),
    au Centre Culturel de Lomé (Afrique) et en France, où elle a obtenu une médaille de Bronze au Salon International d’Arts Plastiques de Béziers.
    En 1993, a exposé à Santiago du Chili où elle a résidé. Cette même année, elle a intégré l’Association Internationale “ Plastica Latina” au Chili, dont le siège se trouve en France.
    Dans ce cadre, a participé au XXIIème Salon International du Val d’Or à St Amand Montrond en septembre 1994. 
    Dans le catalogue de l’Exposition le jury a écrit : “ Nous sommes heureux d’accueillir cette artiste dont la maîtrise de sa technique en aquarelle et l’équilibre de sa composition s’alliant à une belle harmonie de tons, font que ses oeuvres sont empreintes d’une poésie onirique.” 
    En 1994, a participé au Salon International de Buxières Les Mines, invitée par L’Association Internationale, “Plastica Latina“. Du 4 au 28 Octobre 1994, a été sélectionnée pour participer, à Santiago du Chili, au deuxième Salon de Peinture et Sculpture de l’Association précitée, à l’Université du Chili.
    En Octobre 1995 et 1996 a participé au Salon International du Val d’Or à St Amand Montrond et en Février 1996 a exposé à la Galerie Herouet à Paris. 
    En Mai 1997 a exposé au Marché de l’Art à la Bastille et à la Galerie Herouet à Paris.
    En Février 1998 a exposé au Kléber Palace à Paris et en Décembre 1998 à Tours.
    En Mars 1999 et en Décembre 2000 a exposé à la Galerie 21 à Angoulême.
    En Mars 2002 a exposé à la Galerie Vire-Vent à PARIS dans le quartier de Montmartre. 
    En septembre 2003 et en juin 2005 a exposé à la Galerie Art’ & Miss à PARIS où elle a obtenu le prix public. 
    En novembre 2005 elle est répertoriée dans le Dictionnaire Cotation Artistes 2005 réalisé par Drouot Cotation et diffusé par Larousse.
    En Mars 2006 elle expose à Londres à WALDORF Hôtel salon "Art London 2006", à PARIS à l'Hôtel CRILLON et en juin à NEW YORK.
    En 2007 elle expose à New-York, en Sardaigne et à Paris à la Galerie Art' & Miss et au Carrousel du Louvre.
    En 2008 elle expose à Paris à la Galerie Mona Lisa.
    En 2009 elle expose à Paris au Carrousel du Louvre et obtient la médaille "Honneur et Mérite Artistique Français" décernée par la Fédération Nationale Peintres et Sculpteurs de France. 
    En 2010 et 2011 elle expose à Paris à la galerie Vire-vent dans le quartier de Montmartre et en Italie à PORTO VIRO du 2 au 4 septembre 2011. 
    En 2012 elle expose à Paris du 30 octobre au 25 novembre à la galerie En Aparthé. 
    Participe en septembre 2013 en France à Paris à une vente aux enchères à l'Hôtel Drouot et expose à Saint Petersbourg du 11 au 24 décembre. 
    Participe à Paris, au salon des artistes du WHO’S WHO’S Art Club International du 15 au 18 Octobre 2014

     

  • FRANÇOIS

    François Cognet est né en 1991 et a pris des cours de dessins de 10 à 17 ans. Après le bac, il a ensuite été accepté à l'ESMI de Bordeaux. Depuis le début de l'année scolaire 2015-2016, il s'est inscrit à l'atelier des Beaux-Arts de Bordeaux où, un jour par semaine, il travaille la peinture acrylique et l'huile.

    La série de grands singes séduit par l'ampleur et la haute qualité du travail réalisé, par la vérité restituée et la profondeur des regards qui rendent les toiles particulièrement vivantes. 
  • ERDI Burçin

    Burçin ERDI
    Elle a étudié à l’Université des Beaux-arts de Mimar Sinan en Turquie, et a obtenu son diplôme en 2003 en gagnant le prix spécial d’art de Sakip Sabanci.
    Elle a vécu quelques années en Espagne à Séville , sa thèse de doctorat fut consacré à l’art à Séville.
    Elle a gagné plusieurs prix et concours comme le concours de peintures « Dyo », le concours de peinture du Ministère de sylviculture, le 3ème concours de peinture de Sefik Bursali.
    Elle a participé a plusieurs expositions nationales et internationales, foires et biennales.
    Ses oeuvres sont maintenant dans des collections privées, des banques, des musées et galeries.
    Elle a actuellement un atelier à Istanbul, et enseigne à l’Université des Beaux-Arts, de Deseign et d’Architecture de Namik Kemal.
    En 2016, elle participe au Salon National des Beaux-Arts à Paris ainsi qu’à l’exposition « Petites choses » à la Galerie Art’et Miss à Paris.

par page
Résultats 1 - 12 sur 33.
Résultats 1 - 12 sur 33.